cantonagde
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30 décembre 2011

SODEAL : REUNION PUBLIQUE ET TROPHEES LE 5 JANVIER PROCHAIN

sodeal.jpgPort.jpg

La SODEAL est une entreprise publique locale, gestionnaire de grands équipements touristiques de la Ville d’Agde, mais pas seulement... C'est aussi une société citoyenne, solidaire, eco-responsable, innovante..., dont les grandes orientations seront présentées au public, le jeudi 5 janvier 2012, à 18 heures, au Palais des Congrès du Cap d’Agde .

Au cours de cette réunion publique, Sébastien FREY, Président de la Société, et Thierry BOUCHER, Directeur, présenteront un bilan de l’année écoulée ainsi que les perspectives de développement pour l’année qui débute.

A cette occasion, les Trophées de la SODEAL seront remis à cinq personnalités remarquées en 2011.

La SODEAL invite ses clients et ses partenaires à découvrir ou redécouvrir les nombreux domaines d’intervention qui en font un acteur du développement économique d’Agde et de son territoire.

28 décembre 2011

QUE SAINTE BARBE PROTEGE LES POMPIERS D’AGDE

POMPIERS.jpg

Samedi 17 décembre 2011, les pompiers d’Agde se retrouvaient au domaine Saint Martin, au Cap d’Agde, afin de fêter comme chaque année à pareille époque, Sainte Barbe leur patronne. Cette tradition fut honorée de la présence du Député-Maire qui rappela l’engagement de la Ville au côté du corps des pompiers d’Agde, engagement qui fut traduit il y a peu par le cofinancement des travaux d’extension du centre. Sébastien FREY, Conseiller Général, et Eric OULIEU, Conseiller Municipal délégué à la Sécurité, étaient également présents afin de témoigner de la gratitude des Agathois, mais aussi des habitants du canton, à l’égard des soldats du feu. Il s’agissait là de la première Sainte Barbe pour le Capitaine CASTILLON en sa qualité de Chef de Centre. Elle fut mise à profit afin d’exprimer au nom de tous la fierté qui était partagée de venir en secours aux personnes en difficulté. Le Colonel RISDORFER, Directeur Départemental du SDIS, était présent à cette cérémonie, clôturée par une remise de galons et de médailles.

26 décembre 2011

SEBASTIEN FREY A LA FEDERATION NATIONALE DES ENTREPRISES PUBLIQUES LOCALES

logoMain.gif

Impliqué en sa qualité de Président de la SODEAL dans les différents réseaux nationaux qui soutiennent l’action engagée notamment dans le domaine de la plaisance et du nautisme, Sébastien FREY vient d’être élu, sur proposition du Président de la Fédération Nationale des Entreprises Publiques Locales, Vice-Président de la Commission nationale Tourisme. La Fédération nationale des EPL représente 1601 sociétés d’économie mixte et sociétés publiques locales françaises. Elle s’est fixée 3 objectifs : promouvoir le mouvement innovant des EPL, développer les réseaux de compétences, renforcer la performance des entreprises.  

24 décembre 2011

FETE DE FIN D'ANNEE A LA SODEAL

IMG_0255.jpgIMG_0257.jpg

Vendredi 16 décembre 2011, de nombreux élus accompagnaient Sébastien FREY, Président de la SODEAL, Eric OULIEU et Gaby RUIZ, Vice-Présidents de la SODEAL, afin de rencontrer, à la veille des fêtes de fin d’année, le personnel de la SODEAL. Cela était l’occasion de revenir sur les défis qui furent relevés dans le courant de l’année 2011 au Centre Nautique du Cap d’Agde, dans nos ports, au Camping de la Clape ou dans celui de la Tamarissière. Cela était aussi l’occasion d’évoquer tous les chantiers qui devront être ouverts en 2012 pour contribuer encore plus activement au développement économique d’Agde et de son territoire. Comme le veut la tradition, des médailles furent remises aux plus anciens salariés de la SODEAL. (photo : service communication SODEAL)

23 décembre 2011

NOEL AU FOYER DU GRAU

DSC_0024.JPG

Vendredi 16 décembre 2011, le foyer du Grau d’Agde mis à disposition des personnes âgées par la Ville d’Agde était pour le moins animé. Dans une ambiance chaleureuse, la quarantaine de convives entonnaient même les refrains soufflés par une chorale venue rythmer le temps du repas. Sébastien FREY, Conseiller Général, et Agnès LAMBIES, Adjointe au Maire, déléguée à l’Age d’Or, souhaitèrent de joyeuses fêtes à l‘assistance ainsi qu’au personne dont la gentillesse et le dynamisme ont été salués par tous.

22 décembre 2011

L'EPICERIE SOCIALE AU COEUR DU DISPOSITIF DE SOLIDARITE

DSC_0007.JPG

Vendredi 16 décembre 2011, le Député-Maire et Sébastien FREY, Conseiller Général, se rendaient à l’Epicerie Sociale afin de remercier l’équipe de bénévoles dirigée par Catherine FLANQUART pour son action au service de celles et ceux qui sont en difficulté. Au cœur du dispositif de solidarité, l’Epicerie Sociale s’est fixée pour objectif d’accompagner et de remobiliser les personnes qui ont accès à ses services. En effet, si les prix pratiqués sont très peu élevés, la gratuité n’est pas de mise. On ne parle pas d’assistanat à l’Epicerie Sociale mais de solidarité et de responsabilité. (photo : service communication ville d'Agde)

21 décembre 2011

BIENVENUE AUX NOUVEAUX AGATHOIS

DSC_0048.JPG

Jeudi 15 décembre 2011, prés de 300 nouveaux Agathois étaient accueillis au Moulin des Evêques par la Municipalité et de nombreux bénévoles engagés au sein des quelques 380 associations que compte la commune d’Agde. Venus des quatre coins de France et connaissant très souvent Agde depuis longtemps pour y avoir passé leurs vacances, ils ont eu la possibilité de prendre contact avec de nombreux clubs et associations, avec les services municipaux ou encore avec des services de la SODEAL. Le Député-Maire, accompagné de Sébastien FREY, Conseiller Général, et de l’ensemble de l’équipe municipale a souhaité la bienvenue aux nouveaux Agathois, leur présentant les différents quartiers qui composent la commune et les invitant à prendre, si ils le souhaitent, une place active au cœur de leur nouvelle cité. (photo : service communication ville d'Agde)

20 décembre 2011

INTERVENTION AU CONSEIL GENERAL RELATIVE AU BUDGET PRIMITIF 2012

logo CG.jpgSéance publique du Conseil Général de l’Hérault

Jeudi 15 décembre 2011

 

 

Intervention de Sébastien FREY

relative Budget Primitif 2012

 

 

 

"Monsieur le Président,

Chers Collègues,

 

Monsieur le Rapporteur Général du Budget vient d’effectuer la présentation des grands équilibres du Budget Primitif 2012 et nous avons pris acte de votre volonté, Monsieur le Président, de poursuivre l’effort de maîtrise de l’évolution des dépenses de fonctionnement, qui ne devraient augmenter que de +3,7% de BP à BP. Vous avez souligné, mardi à Béziers, que le groupe Démocratie et République a approuvé – ce qui, semble-t-il, est un fait rare – le rapport relatif aux ressources humaines. Nous avons, en effet, considéré que fixer à +2,5% l’augmentation des charges de personnel est une bonne décision qui traduit en cette période de crise économique l’effort de rigueur que doivent consentir toutes les collectivités publiques. Nous avons aussi enregistré avec satisfaction votre décision de ne pas augmenter la pression fiscale. Nous pensons que les grands équilibres de la section de fonctionnement sont, en effet, assurés. La principale observation d’ordre financier que nous avons à formuler touche à l’objectif de virement à la section d’investissement qui est inférieur à l’objectif que vous affichiez au Budget Primitif 2011.

 

Mais là n’est pas l’essentiel. Une discussion budgétaire ne peut pas être résumée en quelques appréciations concernant un ratio de dépenses, un niveau d’épargne ou un encours de dette … Une discussion budgétaire doit être – et cela a été le cas – l’occasion de débats qui portent sur les politiques publiques qui sont à mettre en œuvre au service des populations que notre assemblée, dans son entièreté, représente.

 

Les élus du groupe Démocratie et République ont naturellement pris acte des rapports qui n’appelaient pas de vote, mais ils ont aussi approuvé ceux qui devaient être soumis à l’avis de l’assemblée départementale. Nous avons considéré qu’il était de notre responsabilité d’apporter notre contribution au débat qui nous a réunis toute cette semaine. Nous l’avons fait dans le respect de vos convictions et fidèles à notre sensibilité. Nous avons formulé 9 propositions relatives à la politique routière, à la politique culturelle, à la politique en faveur du logement, à la politique de développement touristique et nous pensons que leur mise en œuvre permettrait d’améliorer les dispositifs déjà mis en place. Nous avons noté quelques inflexions dans le discours de présentation de ce budget que nous considérons comme des avancées.

 

Très souvent, les élus des groupes n’appartenant pas à la Majorité ne font que s’opposer. Nous nous abstiendrons et souhaitons que le débat que nous avons eu soit utile aux Héraultais".

 

19 décembre 2011

INTERVENTION AU CONSEIL GENERAL RELATIVE A LA POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE

logo CG.jpgSéance publique du Conseil Général de l’Hérault

Jeudi 15 décembre 2011

 

 

Intervention de Sébastien FREY

relative à la politique de développement touristique

 

 

 

"Monsieur le Président,

Chers Collègues,

 

Je tiens à exprimer à la suite de la présentation qui vient d’être faite par Louis VILLARET, en ses qualités de Vice-Président délégué au Tourisme et de Président de Hérault Tourisme, l’avis très favorable qu’ont les élus du groupe Démocratie et République concernant le projet de développement touristique que porte et finance le Conseil Général de l’Hérault. Notre avis est à ce point favorable que nous aurions sans aucune réserve approuvé son inscription au rang des priorités politiques et financières du Département pour l’exercice 2012.

 

La politique, que notre collectivité a impulsée, trouve dans ce domaine une cohérence qui profitera – nous en sommes convaincus – au développement économique de notre territoire et par voie de conséquence à la jeunesse héraultaise – dont nous avons souvent évoqué la situation au cours de cette session budgétaire – qui doit percevoir dans le secteur touristique une perspective d’emploi.

 

Monsieur le Président, j’ai demandé à intervenir relativement à cette question, non pas uniquement pour dire l’intérêt que nous portons à la politique qui est mise en œuvre et qui produit d’ores et déjà des effets importants, mais aussi pour mettre au débat un avis.

 

Le tourisme est devenu un secteur d’activité économique très important pour notre département puisqu’il génère 48.000 emplois, près de 40 millions de nuitées touristiques et environ 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel. Or, si l’on entend dire très fréquemment que « le tourisme n’est pas délocalisable » – ce qui se veut être rassurant – il faut aussi considérer que la concurrence dans ce domaine est de plus en plus grande, de plus en plus forte, et que l’émergence de nouvelles destinations peut demain mettre en difficulté l’économie touristique que nous soutenons et que nous accompagnons dans son développement.

 

Il y a près de 45 ans, l’Etat a décidé d’aménager le littoral de notre département – et plus largement le littoral de notre région – afin de capter les flux de vacanciers français ou nord-européens qui se dirigeaient vers l’Espagne. La création de grandes stations touristiques balnéaires, telles que le Cap d’Agde ou la Grande-Motte, a permis d’atteindre les objectifs qui avaient été fixés et a posé les bases d’une politique touristique familiale. C’était là, selon nous, la première étape du développement touristique de notre département.

 

La réalisation de ces chantiers très importants et l’apparition d’une nouvelle forme d’économie ont eu pour conséquence de modifier profondément les grands équilibres de notre territoire et le Conseil Général de l’Hérault a – notamment sous votre autorité, Monsieur le Président – décidé d’engager une politique ambitieuse de valorisation des grands sites de nos hauts cantons dont la beauté constitue un incontestable atout dans l’offre touristique de notre territoire.

 

La présentation du rapport relatif à la politique touristique est l’occasion d’indiquer que nous approuvons les choix qui ont été faits en ce domaine par notre assemblée et par Hérault Tourisme. Elle est aussi l’occasion de vous dire notre souhait de voir renforcer toutes les synergies qui devront amener les acteurs du tourisme, littoraux et ruraux, à considérer qu’ils sont les partenaires économiques d’une même destination.

 

Nous avons la conviction – et nous souhaitons la partager – que le tourisme littoral est concrètement enrichi par l’offre nouvelle que constituent les grands sites de l’Hérault. Nous avons aussi la conviction que ces lieux magnifiques pourront être découverts et visités par une clientèle plus nombreuse s’ils sont connectés aux grandes stations de notre littoral vers lesquelles convergent la très grande majorité de nos touristes. Nous demandons donc – comme nous l’avons fait s’agissant de la politique routière – que des partenariats plus nombreux soient établis entre littoral et hauts cantons. Le nautisme et l’oenotourisme seront des vecteurs de développement très importants de ce point de vue. Nous approuverons les rapports relatifs à la politique touristique".

17 décembre 2011

INTERVENTION AU CONSEIL GENERAL SUR LA POLITIQUE EN FAVEUR DU LOGEMENT

logo CG.jpgSéance publique du Conseil Général de l’Hérault

Mardi 13 décembre 2011

 

 

Intervention de Sébastien FREY

relative à la politique en faveur du logement

 

 

 

« Monsieur le Président,

Chers Collègues,

 

Les élus du groupe Démocratie et République ont – je le rappelle – approuvé le Plan Départemental de l’Habitat que vous avez récemment proposé. Nous considérons, en effet, que la question du logement doit mobiliser l’ensemble des acteurs qui sont susceptibles de contribuer à fabriquer les éléments de réponse qui sont attendus par les Héraultais.

 

Je ferai deux observations.

 

Il nous apparaît qu’il conviendrait de mieux prendre en compte, dans le cadre des documents d’objectifs par territoire, le poids de la charge foncière. Le taux de demandes insatisfaites – ainsi d’ailleurs que le niveau des loyers – est logiquement plus élevé dans les territoires dont la valeur du foncier a augmenté. Or, cette augmentation résulte de la pression démographique de plus en plus forte qui s’exerce particulièrement sur certains territoires du département. Je redis, par conséquent, que les communes qui sont en réelles difficultés pour se conformer aux objectifs de la loi SRU demandent à être aidées et que la conditionnalité de l’attribution des aides financières départementales décidée récemment ne tendra qu’à les stigmatiser.

 

Deuxièmement, la réalisation d’opérations immobilières nouvelles permettra la mise sur le marché locatif de logements neufs, mais elle va aussi en consommant des espaces devenus rares accentuer encore la tension foncière qui constitue aujourd’hui la principale difficulté. J’ajoute que les opérations d’extension urbaine conduites en périphérie des agglomérations tendent – cela est vérifié pour chacune d’entre elles – à accélérer les processus de dévitalisation  des centres anciens et, par conséquent, à accroître leurs taux respectifs de logements privés vacants ou potentiellement indignes.

 

Il nous faut donc – Chers Collègues – être très pragmatiques afin de mieux répondre, et ce dans les meilleurs délais, à la demande des Héraultais et de celles et ceux qui demain le deviendront. Nous voulons donner deux avis.

 

Le premier de ces avis exprime la conviction qui est la nôtre selon laquelle les opérations de construction de logements sociaux doivent être prioritairement conduites dans les cœurs de villes et dans les cœurs de villages. Les urbanistes disent qu’il faut « reconstruire la ville sur la ville ». Ces opérations ne seront certes pas moins coûteuses  que celles menées en secteurs d’extension urbaine mais présentent plusieurs avantages. 1/ Elles répondent au principe de développement durable qui préconise de limiter la consommation de l’espace. 2/ En ne contribuant pas à la raréfaction du foncier, elles ne participent pas à son renchérissement et par voie de conséquence elles ne participent pas à l’augmentation du niveau des loyers. 3/ Les opérations de construction de logements sociaux dans les cœurs de villes et dans les cœurs de villages peuvent permettre de mobiliser les logements vacants qui sont évidemment d’un coût inférieur au prix du marché.

 

Le deuxième avis, que nous voulons donner, a trait au parc privé potentiellement indigne. Nous constatons, notamment dans l’Ouest du département un taux de logements potentiellement indignes – relevant de l’offre privée – qui est relativement important. Prenons le scénario que nous ne connaissons que trop bien. Dans le cas où une opération de construction de logements sociaux est conduite dans un secteur géographique concerné par ce phénomène de paupérisation, trois cas de figures peuvent se présenter : 1/ soit les locataires mal logés n’ont pas la chance d’être attributaires d’un logement neuf, 2/ soit les locataires mal logés sont attributaires d’un logement neuf et se voient remplacés par de nouveaux locataires dans les mêmes conditions, 3/ soit les locataires mal logés sont attributaires d’un logement neuf et ne sont pas remplacés, le logement jusqu’à lors occupé devenant vacant. Aucune de ces hypothèses – il faut que nous en soyons d’accord –  n’est en soi pleinement satisfaisante car il nous incombe de mettre en œuvre une politique du logement qui concilie la réponse qui doit être faite à la demande de nos concitoyens et la mise en œuvre de vastes chantiers de rénovation de quartiers qui sont depuis longtemps déjà pour certains d’entre eux en difficultés sociales. Nous demandons, par conséquent, que le Conseil Général de l’Hérault favorise les opérations de rénovation de logements ne répondant plus aux normes en vigueur, en contrepartie de quoi il pourra être exigé qu’un conventionnement soit établi afin de répondre aux besoins sociaux du territoire.

 

Nous sommes attentifs à vos propositions dans le domaine de la politique en faveur du logement et partageons votre préoccupation. Nous souhaitons que les points que je viens d’évoquer soient pris en considération au moment des choix qui auront a être faits car ils constituent – nous en sommes convaincus – deux des conditions qu’il nous faudra remplir si nous voulons répondre aux besoins de nos concitoyens et sauver nos cœurs de villes et nos cœurs de villages avant que nos cités ne se transforment en d’immenses lotissements ».