cantonagde
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31 mars 2012

CONSEIL GENERAL : INTERVENTION RELATIVE A LA STRATEGIE DEPARTEMENTALE EN MATIERE DE NAUTISME

SALON NAUTIQUE AGDE 2.jpgJe suis heureux d’entendre au sein de cette assemblée que le tourisme est devenue l’une des priorités départementales. Les discussions budgétaires du mois de décembre dernier m’avaient parues moins nettes concernant ce point. Nous sommes satisfaits en tous les cas que la première activité économique du département que constitue le tourisme soit prise en compte à ce titre par le Conseil Général de l’Hérault.

Le nautisme est l’une des composantes de l’activité touristique et vous avez par conséquent raison de l’inscrire au cœur d’une stratégie départementale qui doit viser à compléter et à diversifier l’offre que notre territoire doit proposer à une clientèle touristique de plus en plus sollicitée. L’étude que HERAULT TOURISME a commandée au cabinet MAHOC – étude qui était cofinancée par les intercommunalités littorales – et la stratégie départementale de développement durable du nautisme qui est présentée aujourd’hui ont permis de réaliser un diagnostic assez précis de la filière du nautisme dans notre département. En effet, on peut apprendre à leurs lectures que notre littoral compte 19 ports de plaisance, quelques 10.000 anneaux et près de 300 entreprises nautiques, ce qui dote la filière nautique dans notre département d’un très fort potentiel de croissance. Tout ceci est intéressant et c’est bien évidemment parfaitement exact.

Il reste simplement que la démarche qui a été engagée n’aboutit pas à des conclusions qui auraient pu être opérationnelles. Des enjeux ont été identifiés pour le développement de la filière nautique. Ces enjeux sont : 1/ développer l’économie du nautisme, 2/ innover, 3/ coordonner, 4/ se réapproprier collectivement et de manière positive les espaces maritimes et fluviaux, 5/ imaginer l’avenir tout en conservant les acquis … Oui, mais comment ? Je n’ai pas entendu quels seraient les moyens choisis et mis en œuvre afin de traduire concrètement la volonté qui a été exprimée d’aider au développement de la filière nautique dans l’Hérault.

Je veux faire 4 propositions.

-  Il a été dit qu’il conviendrait d’améliorer la capacité d’accueil des ports. C’est en effet une nécessité afin de répondre, d’une part, aux demandes de plaisanciers qui ne peuvent pas aujourd’hui obtenir de places dans les ports héraultais et afin de répondre, d’autre part, aux professionnels du nautisme qui ne peuvent vendre qu’à la condition que l’acheteur sache où il pourra amarrer le bateau qu’il veut acquérir. Peut-être des réponses ont-elles été envisagées mais n’étant en tous les cas pas mentionnées dans les documents qui nous ont été communiqués, je voudrais suggérer d’inscrire dans le règlement des aides qui – je l’imagine – va être élaboré par les services du Département le soutien à l’activité de déconstruction de bateaux qui peuvent représenter un risque de pollution de nos bassins portuaires, le soutien à la mise en œuvre de fleurs de mouillage qui constituent une alternative écologique aux extensions en dur, le soutien au développement de ports à sec qui si ils sont paysagers ne présentent que des avantages du point de vue environnemental, l’entretien des bateaux et l’usage de produits étant réduits à leur plus simple expression.

-  Il a été dit par ailleurs qu’il faudrait permettre le développement maîtrisé et concerté des activités nautiques. Je vous propose que s’agissant de l’apprentissage de la voile aux enfants du département, le Conseil Général de l’Hérault vienne en soutien aux écoles – souvent associatives – qui dispensent ce type d’enseignement. Pas un enfant de l’Hérault ne devrait terminer sa scolarité sans qu’il n’ait eu la possibilité de découvrir la voile ! Des cycles pourraient être prévus dans le cadre des programmes EPS de nos collèges. S’agissant des plus grands, une initiative a été prise dans le Morbihan qui mérite d’être copiée : un pass’ports a été créé afin de susciter les sorties de port à port. Elle contribue à renforcer la culture maritime des plaisanciers.

-  Un autre objectif a été fixé qui consisterait à renforcer la visibilité de la filière nautique. J’aurais mauvaise grâce à demander que le Conseil Général de l’Hérault contribue au financement d’opérations nautiques d’envergure nationale. Il le fait déjà. Je tiens simplement à souligner que l’organisation de salons nautiques nationaux, comme ceux organisés au Cap d’Agde et à la Grande-Motte, ainsi que l’organisation de compétitions nationales de voile participent à mieux faire connaître les attraits du nautisme.

-  Enfin, il a aussi été affirmé que pour conquérir les clientèles touristiques en séjour et répondre aux attentes des Héraultais, il est nécessaire que l’ensemble des acteurs travaille au développement de produits adaptés à la diversité des clientèles et à leurs nouvelles attentes. J’ai déjà dit au sein de cette assemblée que je pensais que l’avenir de notre tourisme dépendrait de notre faculté à créer les synergies entre notre littoral et nos villages, nos campagnes, nos terroirs. Je souhaite donc que puisse être inscrit au règlement qui encadrera l’attribution des aides départementales l’engagement du Département dans le cadre d’opérations de modernisation des ports fluviaux existants qui doivent constituer des points relais entre nos territoires. Je souhaite aussi que le Conseil Général de l’Hérault abandonne son statut de partenaire observateur du projet ODYSSEA pour en devenir enfin un acteur à part entière. Je rappelle que ce projet a pour ambition de renforcer les synergies qui doivent exister entre les ports de plaisance et les filières économiques traditionnelles. Il serait bien par exemple que le Conseil Général de l’Hérault soit moteur dans le rapprochement de la filière du nautisme et de la filière de la viticulture.

 

30 mars 2012

INTERVENTION DE SEBASTIEN FREY RELATIVE AU TAUX DE FISCALITE

LOGO CONSEIL GENERAL.jpg

Monsieur le Président,

 

Il y a un an, lors de la séance publique qui prévoyait d’adopter le taux de la taxe sur le foncier bâti pour l’année 2011 – séance publique qui faisait immédiatement suite à l’élection de la moitié des membres de notre assemblée – j’avais exprimé la position du groupe République et Démocratie. Je l’avais fait en rapport à la forme que nous souhaitions voir donnée au débat et en rapport naturellement au fond puisque la question de la fiscalité est une question très importante.

 

S’agissant de la forme, nous avions dit qu’il nous semblait essentiel « d’entendre l’exaspération de nos concitoyens qui exigent – à raison – que l’action publique apporte des solutions concrètes à leurs problèmes devenus quotidiens et qui veulent que les acteurs publics, dont nous faisons partie,  remballent leurs petites phrases et contribuent dans le respect de leurs différences et de leurs convictions au redressement du territoire dont ils ont l’honneur d’avoir la charge. »

 

Je dis cela parce que la méthode utilisée au sein de l’assemblée départementale est invariable. Il semblerait qu’il soit impossible de proposer au vote des conseillers généraux du Département de l’Hérault une quelconque délibération sans qu’elle soit assortie d’un argumentaire visant, critiquant, accablant, l’action de l’Etat. Nous comprenons bien que cela puisse être une stratégie destinée à masquer des dissensions internes qui perdurent depuis tant d’années dans notre département et dans notre région …  mais cela n’est pas l’affaire des Héraultais. Les Héraultais ne nous demandent pas davantage, Chers Collègues, d’ériger le Conseil Général de l’Hérault en contre-pouvoir de l’Etat. Les hommes et les femmes de notre département demandent à celles et ceux à qui ils ont donné mandats de conseillers généraux de mettre en œuvre ensemble les politiques départementales qui répondront à leurs demandes et à leurs besoins.

 

Nous voterons la proposition de taux que vous avez présentée à l’assemblée départementale parce qu’elle semble répondre – et nous en convenons avec satisfaction – aux exigences du contexte économique actuel et à la demande des habitants de notre département. Vous voyez … nous ne sommes pas les soldats d’un parti, mais beaucoup plus simplement les représentants des populations qui nous ont élus et au nom desquelles nous nous prononçons.

 

S’agissant du fonds, je voudrais simplement faire remarquer que le cataclysme financier au cœur duquel le Département de l’Hérault aurait du être placé par l’Etat, selon les annonces qui avaient été faites ici, n’a pas eu lieu. Il faut admettre – parce que c’est exact – que la liberté donnée aux Conseils Généraux d’augmenter la pression fiscale a été réduite. De notre point de vue, cela n’a rien de choquant eu égard notamment à la nécessité de simplifier l’organisation fiscale dans notre pays. Il était impossible pour un contribuable d’identifier les responsabilités politiques lorsque le montant de l’impôt qu’il devait acquitter était déterminé par des taux fixés par 4 assemblées. Je répète que le transfert compensé des parts départementales de taxe d’habitation et de taxe sur le foncier non bâti est d’autant moins choquant, que des communes s’étaient elles-mêmes dessaisies précédemment de la taxe professionnelle au profit de communautés d’agglomération. Ces conseils municipaux avaient en agissant de la sorte choisi de simplifier leur modèle fiscal sans pour autant appauvrir leur territoire.

 

Enfin, concernant l’évolution du panier de recettes du Département, on peut observer que pour 2011 il s’est élevé à hauteur de 452 ME. Il enregistre une augmentation qui est importante de +3,4 % par rapport à 2010, qui correspond en valeur à une progression de +15 ME de ressources acquises au Département de l’Hérault par rapport à l’exercice précédent. Ces éléments – comme cela est dit aux termes de la délibération – éclairent le choix fiscal pour 2012. Le choix qui s’impose est celui de la rigueur de gestion et de la stabilisation de la pression fiscale. Je terminerai en rappelant que le taux de la taxe sur le foncier bâti que nous avons à fixer aujourd’hui a progressé dans l’Hérault depuis 2004 de +20,36%.

29 mars 2012

SUCCES DU DEUXIEME RASSEMBLEMENT DE MOTOS A BESSAN

MOTOSBESSAN.jpgMOTOSBESSAN3.jpg

Dimanche 25 mars, l’espace de loisirs municipal des Peupliers a accueilli le deuxième rassemblement bessanais de motos intitulé « Le Printemps des Pingouins ». Sur deux journées, plusieurs centaines de motos étaient présentes à Bessan pour un grand rassemblement couplé à un grand marché de produits divers autour de la moto, des vêtements aux accessoires. Sébastien FREY, Conseiller Général, était présent pour l’occasion, à l’invitation des organisateurs et en présence de Robert RALUY, Maire, Stéphane PEPIN-BONET, Premier Adjoint, et Atika NEGRE, Conseillère Municipale. On notait également la présence de Rémy GLOMOT, Président du SIVOM du canton d’Agde. Devant le succès populaire de cette deuxième édition, le « Printemps des Pingouins » sera reconduit l’année prochaine.

28 mars 2012

SEBASTIEN FREY SUR LE MARCHE DE BESSAN

FREYMARCHEBESSAN1.jpgFREYMARCHEBESSAN2.jpg

Dimanche 25 mars, Sébastien FREY est allé à la rencontre des habitants et des visiteurs sur le dynamique marché dominical de Bessan. Le Conseiller Général du canton d’Agde était accompagné de Rémy GLOMOT, Président du SIVOM. Une rencontre sur le terrain s’est tenue de manière impromptue en compagnie de Robert RALUY, Maire de Bessan et Atika NEGRE, Conseillère Municipale. Une occasion de faire le point sur les travaux situés près du marché, route de Marseillan, pour lesquels le département intervient.

27 mars 2012

LES RETRAITES DE LA CARTE MIRABEL FÊTENT CARNAVAL

CARNAVAL 3E AGE.jpgCARNAVAL 3E AGE2.jpg

Vendredi 23 mars, le Moulin des Evêques a accueilli un repas organisé par le Pôle Agde d’Or du Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) de la ville d’Agde. Sur le thème du carnaval, pas moins de 180 retraités agathois, titulaires de la carte Mirabel, ont assisté à ce repas animé par Denis PELLEGRINI. Sébastien FREY, Premier Adjoint au Maire d’Agde, était présent lors de ce sympathique rendez-vous, accompagné par Agnès LAMBIES, Yvonne KELLER, Lucienne LABATUT, élues agathoises ainsi que des administrateurs du CCAS. L’équipe organisatrice de ce repas a été brillamment aidée par des jeunes élèves de collège (issus principalement de classes de 3e), lesquels suivaient un stage dans le cadre de leur formation aux métiers de la restauration. Une aide précieuse appréciée par les retraités présents, lesquels ont félicité le CCAS pour l’organisation et l’ambiance tout au long de ce rendez-vous.

26 mars 2012

DES RAPPORTS CONCERNANT LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE PRESENTES EN COMMISSIONS DEPARTEMENTALES

LOGO CONSEIL GENERAL.jpg

Jeudi 22 mars 2012, la commission départementale chargée d’examiner les rapports relatifs au développement économique était réunie à l’Hôtel du Département. Sébastien FREY y siégeait en sa qualité de Conseiller Général. Il était notamment question de la stratégie que l’institution départementale entend déployer en matière de nautisme. Quatre axes stratégiques d’interventions ont été identifiés : la mise en réseau des acteurs du nautisme, l’amélioration de l’accès aux activités nautiques, l’accompagnement de l’émergence de pôles nautiques spécialisés, la construction d’une offre commerciale adaptée à l’évolution des demandes formulées par les clientèles. Sébastien FREY indiquait qu’il serait porteur de propositions en matière de développement de filière nautique à l’occasion de la séance publique prévue lundi 26 mars 2012.

24 mars 2012

CONSEIL DES FEDERATIONS REGIONALES DES EPL

logoMain.gif

Mercredi 21 mars 2012, Sébastien FREY, Président de la SODEAL, siégeait au Conseil des Fédérations Régionales de la Fédération Nationale des Entreprises Publiques Locales. Tenue sous la présidence de Jean-Léonce DUPONT, Vice-président du Sénat, cette réunion a porté sur la question des SEM Contrat dont le statut pourrait prochainement faire l’objet d’une proposition de loi. Cette idée vise à rapprocher l’action des collectivités publiques de celle des entreprises privées.

23 mars 2012

DEVELOPPEMENT DURABLE : DES RESULTATS EN PROGRES

DDMARS2012.JpgDDMARS2012 2.jpgDDMARS2012 3.jpgDDMARS2012 4.jpg

Mercredi 21 mars 2012, le bilan de la 3ème année de mise en œuvre du Projet Communal de Développement Durable de la Ville d’Agde était présenté par le Député-Maire, accompagné de Sébastien FREY, Premier Adjoint délégué à l’Aménagement Durable du Territoire, et de Véronique SALGAS, Vice-Présidente de la Communauté d’Agglomération Hérault Méditerranée délégué à l’Environnement. Cent personnes s’étaient rendues au Moulin des Evêques afin de prendre connaissance des résultats obtenus au cours des douze derniers mois. Ainsi, il a été expliqué que la consommation du réseau d’éclairage a baissé de – 12 %, la consommation d’eau a été réduite de – 10 %, le transport public a vu le nombre de ses passagers augmenter de + 42 %. Il a aussi été rappelé que les 11 plages du littoral agathois et les ports du Cap d’Agde avaient reçu le Pavillon Bleu. Concernant la gestion des déchets, il fut expliqué qu’au cours de ces cinq dernières années, plus d’un millier de composteurs individuels a été affecté à des particuliers. La présentation du bilan a été ponctuée par les interventions de plusieurs Agathois particulièrement investis dans le domaine du développement durable : Madame TAIBI Baya, Car Postal, Monsieur LERICHE Franc (Lyonnaise des Eaux), Monsieur FRIAND Pierre (Rucher Ecole), Monsieur DUPUY DE LA GRANDRIVE Renaud (ADENA), Madame RODRIGUES Angela (SICTOM), Monsieur Yannick MARTINEZ (Ville), Monsieur FRANCK Michel (Terre Marine).

21 mars 2012

INAUGURATION D’UNE PREMIERE MAISON DE RETRAITE AU CAPISCOL

MAISON RETRAITE CAPISCOL1.jpgMAISON RETRAITE CAPISCOL2.jpgMAISON RETRAITE CAPISCOL3.jpgMAISON RETRAITE CAPISCOL4.jpg

Lundi 19 mars 2012, la première d’une série de trois inaugurations avait lieu à Agde. C’est au cœur du nouveau quartier du Capiscol qu’était en effet ouverte au public une première maison de retraite en capacité de recevoir à terme soixante-cinq résidents. Ce chantier important dévoilé par le Député-Maire répond à un triple objectif. Il répond tout d’abord à une exigence d’accompagnement de nos anciens en perte d’autonomie. Grâce à un projet élaboré par le personnel de l’établissement il est désormais possible de compléter la chaîne des réponses à apporter aux personnes âgées qui intègre déjà des mesures d’aide au maintien à domicile et des mesures d’aide à l’accueil temporaire. Le deuxième objectif prenait en compte les critères d’insertion paysagère et environnementale de l’établissement dans le quartier. Le troisième objectif consistait à intégrer cette toute nouvelle maison de retraite au tissu social et citoyen de la commune. Il était souligné enfin que ce chantier qui a généré une activité économique importante a par ailleurs conduit au recrutement de 40 personnels. Si grâce à l’action du Député Maire et de Sébastien FREY, Conseiller Général, les autorisations délivrées par l’Etat et le Conseil Général de l’Hérault ont pu être obtenues, elles l’ont aussi été pour deux autres chantiers du même genre, l’un aboutissant à la construction d’une deuxième maison de retraite dans le quartier des Cayrets, l’autre contribuant actuellement à la construction d’une troisième en lieu et place de l’ancienne maison de retraite « Les Oliviers » (photos : service communication de la ville d'Agde).

100 NOUVEAUX MARSEILLANAIS ACCUEILLIS PAR YVES MICHEL

MARSEILLAN NOUVEAUX HABITANTS.jpg

MARSEILLAN NOUVEAUX HABITANTS2.jpgVendredi 16 mars 2012, la Municipalité marseillanaise accueillait, salle Arnaud, la centaine de nouveaux habitants qui ont choisi en 2011 la ville du crabe comme nouveau lieu de vie. Venus des quatre coins de la France, ils ont été salués par Yves MICHEL, Maire de Marseillan, et toute l’équipe municipale. Sébastien FREY, Conseiller Général, et les membres du Conseil Municipal des Jeunes étaient également présents afin de souhaiter la bienvenue aux nouveaux Marseillanais. A l’aide d’un film et de supports médias, le Maire de Marseillan a présenté à l’assistance le bilan des travaux réalisés au cours des derniers mois en vue d’améliorer la qualité de la vie quotidienne et renforcer l’activité économique génératrice d’emplois. Il consacrait ainsi une importante partie de son propos à la présentation des projets qui seront prochainement mis en œuvre avec le soutien de la Communauté d’Agglomération du Bassin de Thau, du Conseil Régional et du Conseil Général. Le mot de la fin fut laissé aux membres du Conseil Municipal des Jeunes avant que le verre de l’amitié ne soit offert aux nouveaux Marseillanais, verre autour duquel la discussion se prolongea longuement, permettant d’évoquer les perspectives de développement de la Commune de créer les liens qui uniront dés demain les habitants d’une même cité (photos : service communication de la ville de Marseillan).