cantonagde
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30 juin 2014

L’AMCA COMMEMORE LE 75E ANNIVERSAIRE DU CAMP D’AGDE

75 ANS.jpg

 

Cela fait 75 ans que les forces du Général Franco ont poussé les troupes républicaines espagnoles à passer la frontière pour se réfugier en France. Ce fut un déferlement de personnes sur tout le Languedoc Roussillon. A leur arrivée, les réfugiés étaient reçus sur les plages sans abris, dans le froid d'un hiver très rigoureux en cette année 1939. Le gouvernement français décida alors de construire différents camps d'accueil, en particulier le long du littoral méditerranéen. Agde fut l'un de ces camps construit par les soldats des régiments du Génie avec l'aide des premiers réfugiés espagnols. Composés de 250 baraques édifiées sur une superficie de 30 hectares, ce centre abrita jusqu'à 25 000 personnes à une époque où Agde ne comptait que 10 000 habitants. Ce camp reçu aussi des volontaires de l'armée tchécoslovaque reconstituée en France, la 1ère Légion de Travailleurs Indochinois, le regroupement de 4.000 belges ainsi que les juifs du département lors des rafles de 1942. En 1943, les baraques furent démontées et réutilisées par l'Organisation Allemande "Todt". Après le départ des troupes allemandes, le camp fut définitivement démantelé en août 1944. C'est donc une page importante de l'histoire d'Agde qui s'est déroulée ces années-là. C'est pour maintenir vivante la mémoire du camp de réfugiés d'Agde que l'Association pour la Mémoire du Camp d'Agde a été créée il y a 3 ans. Le 14 avril dernier, l'AMCA tenait son assemblée générale et décidait de célébrer le 75ème anniversaire du Camp d'Agde ainsi que la Journée Mondiale des Réfugiés. Pour cela, le vendredi 20 juin 2014, un dépôt de gerbe a eu lieu devant le monument du camp, suivi d'un temps de recueillement auquel a participé Sébastien FREY, Premier Adjoint au Maire d’Agde et Conseiller Général de l’Hérault.

27 juin 2014

L’APPEL DU 18 JUIN 1940 DU GENERAL DE GAULLE COMMEMORE EN AGDE

Mercredi 18 juin 2014 avait lieu la traditionnelle cérémonie commémorative de l’Appel du Général de Gaulle depuis Londres sur les ondes radiophoniques le 18 juin 1940. C’est en centre-ville que se sont réunis les élus du Conseil Municipal, les représentants des associations patriotiques agathoises et leurs portes drapeaux, sous la présidence du Maire d’Agde et Président de la Communauté d’Agglomération, Gilles D’ETTORE. La cérémonie solennelle a débuté par les remises de gerbes suivies des différentes allocutions, soulignant des morceaux choisis du discours radiophonique de l’Appel du 18 juin 1940, non sans mettre en avant le courage, les valeurs morales et l’abnégation de Charles de Gaulle dans une période difficile pour la France. Après les hommages aux autorités et l’hymne national, c’est autour d’apéritif offert à tous par la Ville que s’est terminée la cérémonie.

18 JUIN.jpg

 

 

26 juin 2014

LE SITE DU BAGNAS : LE POUMON « VERT ET BLEU » DE L’AGGLOMERATION

Mercredi 18 juin 2014, Sébastien FREY, Conseiller Général de l’Hérault et Vice-Président de la Communauté d’Agglomération Hérault Méditerranée, a participé à une visite du site du Bagnas. Cette visite a permis la présentation de la Réserve Naturelle du Bagnas et des bâtiments du Grand Clavelet, sur lesquels porte une étude de positionnement et de programmation pour la création d’un éco-projet d’accueil des espaces naturels du Grand Bagnas et des espèces présentes. Fort intéressant, ce rendez-vous s’est tenu en présence de Matthieu DELABIE, Délégué Régional du Conservatoire du Littoral, Gwendoline CHAUDOIR, Maire de Portiragnes et Vice-Présidente de la Communauté d’Agglomération chargée de l’Environnement, Jordan DARTIER, Maire de Vias et Vice-Président de la Communauté d’Agglomération chargé du Tourisme, Stéphanie SENEGAS-SANCHEZ, Conseillère Municipale de Marseillan déléguée à l’environnement, Charles ROBIN, Président de l’ADENA et Michel SERRIER, Trésorier,  Denis MILLET, Directeur Général Adjoint de l’Agglomération chargé du Développement, de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, ainsi que toute l’équipe de l’ADENA.

ADENA.jpg

 

 

25 juin 2014

SYMPATHIQUE POT DE DEPART POUR SEBASTIEN FREY A LA SODEAL

CAMPING CLAPE.jpg

 

Mercredi 18 juin 2014, Sébastien FREY, Premier Adjoint au Maire d’Agde et Conseiller Général de l’Hérault, a été invité à un pot de départ proposé par le personnel du Camping de la Clape, en sa qualité d’ancien Président de la SODEAL. Etaient présents à cette occasion : le nouveau Président, Jean Luc CHAILLOU, les deux Vice-Présidents, Gaby RUIZ et Henri SAUCEROTTE, le Directeur de la SODEAL, Thierry BOUCHER. Cet apéritif a été préparé par le personnel titulaire et saisonnier, sous la responsabilité de la Directrice du camping, Valérie CARRERA et le directeur des Campings de la SODEAL, Alain IVARS. A cette occasion, Sébastien FREY a pris la parole pour les remercier à la fois pour leur investissement sans faille et leur sérieu. Jean-Luc CHAILLOU, Président de la SODEAL depuis le mois d’avril 2014, a conclu cette sympathique réunion démontrant que la SODEAL était aussi une belle famille.

24 juin 2014

REUNION DU COMITE DIRECTEUR DE L’OFFICE DE TOURISME DU CAP D’AGDE

CAP AGDE.jpg

 

Mardi 17 juin 2014 avait lieu une réunion du Comité de Direction de l’Office de Tourisme du Cap d’Agde, au Palais des Congrès. Sébastien FREY, Premier Adjoint au Maire d’Agde et Conseiller Général de l’Hérault, y a participé aux côtés des administrateurs. De nombreuses questions ont été traitées lors de cette séance dont l’élection du Président et des Vice-Présidents de l’Office. Gilles D’ETTORE, Maire d’Agde et Président de la Communauté d’Agglomération Hérault Méditerranée, a été désigné en qualité de Président. Marion MAERTEN, Conseillère Municipale chargée du Tourisme, et Jean-Louis ABADIE, Administrateur dans la catégorie des professionnels, ont été élus en qualité de Vice-Présidents. Les autres questions ont été principalement des opérations budgétaires (adoption des comptes administratif et de gestion de l’année 2013, affectation des résultats…) et la constitution des commissions de travail.

23 juin 2014

L ASSAINISSEMENT DES FINANCES DEPARTEMENTALES NECESSITE LA REDUCTION DE CERTAINS POSTES DE DEPENSES SOCIALES

Monsieur le Président,

Chers Collègues,

 Comme tous les membres de l’assemblée départementale, nous avons été attentifs aux explications, apportées par Monsieur le Rapporteur Général du Budget, relatives au Compte Administratif 2013 du Conseil Général de l’Hérault. Le constat qui est fait aujourd’hui de l’état des finances départementales est alarmant … mais il est aussi – permettez moi de le souligner – conforme aux prévisions qui avaient été faites, il y a un an, par le groupe minoritaire et que vous aviez alors raillées. Il ne s’agit pas de polémiquer… mais, dans l’intérêt du débat public, d’éclairer une nouvelle fois les choix politiques et de gestion que nous défendons et les choix politiques que vous avez faits.

 Le constat qui est fait de l’état des finances départementales à l’occasion de l’examen du Compte Administratif 2013 peut être résumé en 4 points principaux :

1 -  S’agissant des recettes de fonctionnement. En 2013, pour la première fois dans l’histoire du Conseil Général de l’Hérault, le volume des recettes départementales de fonctionnement n’a pas progressé. Il a été stabilisé à hauteur de 1,162 milliard d’euros. C’est un fait très important parce qu’il marque une rupture avec la tendance enregistrée par le passé qui posait pour principe l’augmentation constante du volume des recettes de fonctionnement. Sur la base des cinq exercices budgétaires précédents, le volume des recettes de fonctionnement du Conseil Général de l’Hérault a augmenté de l’ordre de + 3,6% par an. Et c’est cette augmentation continue du volume des recettes de fonctionnement qui a couvert – partiellement – l’augmentation du volume des dépenses de fonctionnement qui malheureusement n’a jamais été enrayée. Or, il devrait être évident pour tous que cette fuite en avant doit prendre fin. Je le dis alors que je ne soutiens pas l’action du gouvernement… il n’est pas possible que le montant des concours et des dotations que l’Etat attribue aux Départements augmente sans cesse. Comme il n’est pas davantage possible que la pression fiscale supportée par les Héraultais, déjà supérieure à la moyenne nationale, soit encore majorée. En ce sens, je veux d’ailleurs redire que la décision que la Majorité Départementale a prise récemment d’augmenter de 18% le taux des droits de mutation est une erreur qui pénalise les Héraultais. C’est le niveau des recettes départementales de fonctionnement qui peut déterminer le cadre de notre ambition… et non le contraire… car il n’est plus possible d’utiliser le levier fiscal !

2 - S’agissant des dépenses de fonctionnement. En 2013, le volume des dépenses départementales de fonctionnement a encore augmenté de + 2,2% par rapport à l’année précédente pour se caler au niveau jamais atteint de 1,061 milliard d’euros. Cette augmentation est certes inférieure à celles enregistrées lors des exercices précédents – et traduit par conséquent un effort de maîtrise financière – mais il n’en reste pas moins qu’elle constitue une nouvelle augmentation (nette) de la charge financière du Département de + 23 millions d’euros, les recettes n’ayant pas augmenté durant cette même période. A l’occasion de chacun des discussions d’ordre budgétaire, j’ai dit notre souhait de voir l’évolution des dépenses de fonctionnement mieux maîtrisée, car il s’agit là d’un impératif de gestion… que vous-même, Monsieur le Président, aviez reconnu. Le 21 janvier 2013, vous avez présenté devant notre assemblée le rapport qui introduisait le Débat d’Orientation Budgétaire pour l’exercice 2013 dont nous examinons aujourd’hui les comptes. Les termes en étaient les suivants. Ils sont les vôtres : « Nous dépensons plus que la moyenne des départements millionnaires en habitants. Cette observation vaut pour les dépenses d’action sociale, pour les charges de masse salariale et pour les autres charges […] Notre levier d’action est donc là sur les dépenses de fonctionnement […] Des marges de manœuvre doivent être dégagées sur les charges de fonctionnement immédiatement dans les secteurs où c’est possible, à moyen terme dans les secteurs où les effets de l’action sont plus longs à être ressentis (secteur social et masse salariale). » Nous avions approuvé l’orientation que vous aviez annoncée ici-même. Il ne fait aucun doute que l’assainissement des finances départementales nécessite la réduction de certains postes de dépenses sociales. Prises dans leur globalité, les dépenses sociales représentent, au Compte Administratif 2013, plus de 719 millions d’euros… soit 67,8% des dépenses départementales de fonctionnement. La solidarité est la compétence principale de l’institution départementale et il nous incombe donc d’organiser l’aide qui doit être portée à nos concitoyens les plus fragiles. La prestation de compensation du handicap (PCH) ne doit bien évidement supporter aucune contrainte financière nouvelle. De la même manière, l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), destinée aux personnes dépendantes de plus de 60 ans, pour laquelle le reste à charge du Département est en diminution de 11 millions d’euros en 2013, ne peut souffrir aucune remise en cause. En revanche, le RSA, dont le reste à charge du Département a augmenté en 2013 de + 45% par rapport à 2012, appelle de notre part des décisions. La dépense brute afférente au RSA a été évaluée au Compte Administratif 2013 à hauteur de 202 millions d’euros ! Et j’attire votre attention sur le fait qu’au titre de mesures d’accompagnement qui n’ont aucun caractère obligatoire vous avez décidé d’engager 20 millions d’euros de dépenses supplémentaires !

3 - S’agissant de l’épargne brute. Nous constations à la lecture des Comptes Administratifs des exercices précédents que les dépenses de fonctionnement augmentaient plus rapidement que les recettes de fonctionnement. Cela a provoqué une dégradation très importante de l’épargne brute du Département dont vous disiez pourtant qu’elle « est l’un des cibles premières de la politique financière du Département ». En 2013, cet indicateur a viré au rouge vif. L’épargne brute est à son niveau le plus bas de ces quinze dernières années. Il s’est établi l’année dernière à hauteur – si j’ose dire – de 102 millions d’euros après avoir reculé de - 38% en à peine trois exercices budgétaires. En 2010, Monsieur le Rapporteur Général du Budget indiquait à raison que « l’épargne brute représentait [alors] 14,5% des recettes de fonctionnement (…) loin du seuil d’alerte qui est situé à 8% ». Et bien, en 2013, le seuil d’alerte a été atteint ! Lors du débat que nous avons eu l’année dernière à l’occasion de l’examen du Compte Administratif 2012, je m’étais risqué à dire que « si aucune décision [n’était] prise, le Conseil Général de l’Hérault se trouver[ait] dés 2016 dans une situation financière qui sera inextricable. » J’observe que dans le rapport financier 2013 qui a été communiqué aux conseillers généraux, vos propres services indiquent que « l’érosion de l’épargne, au rythme de 20 millions d’euros par an ne sera pas tenable longtemps. Sous 2 ou 3 ans maximum, l’équilibre budgétaire et l’accès au crédit seront menacés. »  Je forme le vœu – si vous n’écoutez les avis des conseillers généraux d’opposition – que vous entendiez les conseils de vos services car, en effet, dans deux ou trois ans maximum, l’épargne brute ne couvrira même plus les dotations aux amortissements… ce qui est imposé par les règles budgétaires.

 4 - S’agissant de l’investissement. Je ne m’attarderai pas sur ce point car il s’agit là d’une conséquence des dérives que je viens d’évoquer et non d’une cause. Du fait de l’augmentation des dépenses de fonctionnement et par voie de conséquence de la dégradation de l’épargne brute, le Conseil Général de l’Hérault a été contraint de réduire sensiblement son ambition en termes d’investissement. En 2013, le recul a été de 32 millions d’euros. En 2014, le recul du niveau d’investissement sera encore plus important puisqu’il sera ramené en de ça de celui de… 2004 ! Plus regrettable… si le niveau d’investissement du Conseil Général de l’Hérault est aujourd’hui égal à celui qu’il fut il y a dix ans, la dette départementale qui était en 2004 de 121 millions d’euros s’élève en fin d’exercice 2013 à hauteur de… 502 millions d’euros, soit une augmentation de… + 315% ! Et il est prévu qu’elle atteigne la barre des 559 millions d’euros à la fin de cette année.

 Nous voterons contre le Compte Administratif 2013, car la dégradation de la santé financière du Conseil Général de l’Hérault que nous avions constatée se poursuit sans que les décisions difficiles mais nécessaires à l’assainissement de ses finances ne soient prises. Il est de la responsabilité de chaque conseiller général d’appeler ces décisions.

REUNION DU SCOT DU BITERROIS AU PALAIS DES CONGRES DU CAP D'AGDE

SCOT.jpgLundi 16 juin 2014 avait lieu, sous la présidence de Gilles D'Ettore, Maire d'Agde et Président de la Communauté d'Agglomération Hérault Méditerranée, une réunion du Schéma de Cohérence Territoriale du Biterrois (SCOT) au Palais des Congrès du Cap d'Agde. En présence de nombreux élus du Biterrois, dont Sébastien FREY, Premier Adjoint au Maire d'Agde et Conseiller Général de l'Hérault, le comité syndical du SCOT a principalement adopté des délibérations d'ordre budgétaire : adoption du compte administratif 2013, adoption du compte de gestion 2013... Une prochaine réunion est prévu fin juin sur la commune de Capestang.

20 juin 2014

REUNION DES COMMISSIONS ADMINISTRATIVES PARITAIRES DE LA VILLE D'AGDE

photo mairie.jpg

Lundi 16 juin 2014, Sébastien FREY, Premier Adjoint au Maire d'Agde et Conseiller Général de l'Hérault, a participé aux différentes réunions des Commissions Administratives Paritaires (CAP) de la Ville d'Agde, en mairie, pour les catégories A, B et C des personnels territoriaux. Ces commissions permettent de suivre l'évolution des carrières des agents de la collectivité, et ont notamment porté sur des avancements d'échelons.

19 juin 2014

DIZIEME ANNIVERSAIRE DE LA SOCIETE KITHAU A MARSEILLAN

 

KITHAU 2.jpg

Dimanche 15 juin 2014, Sébastien FREY, Conseiller Général de l’Hérault et Premier Adjoint au Maire d’Agde, a participé au 10ème anniversaire de la société Kithau. Cette société a créé son espace de glisse sur la commune de Marseillan, en bordure du Bassin de Thau, au parc de loisirs de Tabarka (port Rive Gauche). A la pointe des nouvelles technologies, Kithau a notamment porté ses efforts sur l’innovation avec l’installation d’un téléski nautique et d’un espace dédié à la glisse et à la famille, tout en s’intégrant au cœur de la cité marseillanaise. Le lieu comprend aussi une école de kitesurf, une école de wakeboard sous téléski avec un wakepark, du babyski et babywake, une plagette, des jeux d’enfants, un skate park… A l’occasion de cet anniversaire, Sébastien FREY, Conseiller Général, Yves MICHEL, Maire de Marseillan ainsi que Marie Christine FABRE DE ROUSSAC, Adjointe au Maire de Marseillan  ont pu rencontrer les responsables du site. Un anniversaire marqué par un grand show de l’ensemble des disciplines en présence de « rideurs » locaux et internationaux.  Seb GARAT 2 fois champion du monde sur le KPWT, Lucas TARIN 15 ans rideur extra-terrestre de chez Fone, Paul SERIN champion de France freestyle 2013 et top 10 du PKRA pro tour,  les associations locales du Kitesurf…. et au platines Mr Dj MAGIMIX qui a fait une escale spéciale à KIthau  !!!!

 

KITHAU.jpg

 

18 juin 2014

LES JOURNEES DU TERROIR AU CHÂTEAU LAURENS A AGDE

Terroir.jpg

Terroir 2.jpg

 

Les 14èmes Journées du Terroir ont été proposées le week-end des 14 et 15 juin derniers dans le Parc du Château Laurens à Agde. Comme à l’habitude, elles ont mis  en avant le terroir, le patrimoine local, l’histoire des hommes et des métiers et leur savoir-faire dans le respect des traditions du Languedoc. Au programme : loisirs, animations, activités et produits régionaux. Aux côtés des élus, Sébastien FREY, Premier Adjoint au Maire d’Agde et Conseiller Général de l’Hérault, a participé à ces journées permettant de découvrir les nombreux stands des métiers anciens, les expositions de peintures, les démonstrations de modélisme… Les villages de la pêche et de la chasse ont connu un beau succès, de même que les activités destinées au plus jeunes avec manèges, parcours acrobatique et des balades en poney... sans oublier le marché des terroirs avec la participation de nombreux producteurs.