cantonagde
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25 août 2014

BENEDICTION DE L’ÂNE DE BESSAN LORS DE LA FÊTE LOCALE

MESSE BESSAN 2.jpg

MESSE BESSAN 1.jpg

MESSE BESSAN 3.jpg

 

Dimanche 10 août 2014 avait lieu la traditionnelle bénédiction de l’âne de Bessan, dans le cadre des réjouissances de la fête locale, à laquelle a participé Sébastien FREY, Conseiller Général de l’Hérault et Premier Adjoint au Maire de la Ville d’Agde. Comme le veut la tradition, le Père Barthès a béni l’âne et le petit âne devant une foule importante sur le parvis de l’église, en présence de nombreuses personnalités dont le Maire de Bessan, Stéphane PEPIN-BONET. Ce rendez-vous fut l’occasion de rappeler que l’âne totémique est l’emblème du village. Il repose sur plusieurs légendes présentées ci-dessous :

 

Les bessanaises et les bessanais d’origine connaissent les légendes de l’âne totem du village. Elles sont partagées depuis des décennies et fédèrent la cité au fil du temps. Mais combien de fois des visiteurs ou même des nouveaux bessanais posent la question : pourquoi un âne comme emblème de Bessan ? L’âne provient d’une tradition qui se transmet de génération en génération. Particularité locale, il n’existe pas une, mais deux légendes principales. La première relie l’animal totémique bessanais à celui de la ville de Gignac (au centre du département de l’Hérault). Les habitants de cette commune, située entre Lodève et Montpellier, expliquent qu’en 730, un âne a prévenu de l’arrivée malheureusement dévastatrice des Sarrasins. Ces derniers, n’ayant pu satisfaire leur action destructrice, auraient jeté le courageux quadrupède dans l’Hérault… où il aurait suivi les méandres du fleuve jusqu’à Bessan. Les bessanais l’auraient alors accueilli comme un sauveur jusqu’à devenir l’emblème du village. Certes, Gignac possède aussi un âne comme totem, mais les bessanais se fient peu à cette première légende. En effet, les plus anciens bessanais parlent plutôt d’un marché aux ânes et d’une ancienne tradition qui voulait que l’on décore le plus beau des ânes de la foire, et qu’on le promène dans les rues. Un beau jour, l’âne s’est échappé de la foule qui l’entourait et il est entré dans l’église. Les archives ne semblent pas préciser la tenue d’un marché aux ânes à Bessan, mais elles évoquent une grande foire à l’époque de Saint-Laurent (le 10 août). Foire qui aurait été créée par François Ier. Pour faire revivre cette légende, les bessanais auraient alors construit un âne factice, fait de bois et de papier en couleurs, faisant défiler l’animal dans les rues du village et le faisant bénir par le curé lors de Saint-Laurent, devenu le patron de Bessan. Peu importe sa naissance, l’âne est devenu un des emblèmes du village (car n’oublions pas la Tuque !) et les habitants sont très fiers de ce qu’il représente aujourd’hui. Lors de la fête locale d’août qui approche, il demeure au centre des festivités autour des édiles, de la jeunesse et de toute une population ravie de le voir évoluer aux sons d’une musique qui frappe au cœur dès les premières notes. La tradition évolue, la tradition se perpétue… et un petit âne a vu le jour au fil des ans. Il permet aux plus jeunes de se rassembler autour des mêmes valeurs lors d’une fête locale qui allie générations, convivialité, tradition et… fierté d’être bessanais !

 

Cérémonie Bessan 2.jpg

 

Les commentaires sont fermés.